Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
Les notes de lectures recherchées

2 livres correspondent à cette oeuvre.

Il y a actuellement 2 notes de lecture correspondant à cette oeuvre (voir ci-dessous).

Notation moyenne de ce livre : (2 livres correspondant à cette oeuvre ont été notés)

Mots-clés associés à cette oeuvre :

Auteur    Message
Franz



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 01 Déc 2006
Messages: 1972
Localisation: Nîmes

Posté: Mar 29 Aoû 2023 16:00
MessageSujet du message:
Commentaires : 0 >>

Les filiations impossibles.
Albert Maillard, comptable dans le civil et Edouard Péricourt, en délicatesse avec un père fortuné sont poilus et pouilleux dans la même tranchée sous les ordres du lieutenant d’Aulnay-Pradelle, va-t-en-guerre impénitent, nobliau sans le sou assoiffé de reconnaissance et de pouvoir. Sans aucun scrupule, Pradelle est prêt à envoyer les soldats au casse-pipe si cela peut le servir mais les relents d’Armistice qui s’épandent peu à peu dans les consciences anesthésiées ne sont pas propices à l’élévation du lieutenant pour fait d’arme et bravoure au combat. A quelques jours d’une paix inespérée depuis quatre années d’enfer dans les tranchées, Pradelle doit agir, trouver le moyen de briller quel que soit le prix à payer. Edouard et Albert sont en première ligne et l’horreur va s’imposer au-delà du supportable. La cote 113 à reprendre aux Allemands restera coincée au creux des estomacs.
A la démobilisation, la société civile voudrait tourner la page et oublier les survivants sacrifiés en vain, devenant des laissés-pour-compte, la jeunesse calcinée et la vie brisée. Monter des magouilles, échafauder des escroqueries d’ampleur s’imposent pour survivre dans un monde égoïste, ingrat et aveugle.
Le succès d’« Au revoir là-haut » (2013) est incontestable. Le roman-fresque a été multi-récompensé, traduit et vendu en masse, adapté en bande dessinée dans la foulée par Christian De Metter (2015) puis au cinéma (2017) par Albert Dupontel. L’écriture cinématographique et le regard porté à hauteur d’homme peuvent expliquer en partie l’attrait immédiat exercé par le livre de Pierre Lemaître. Même sans grande imagination, le lecteur visualise séance tenante tout ce que narre l’écrivain : la trouille au ventre, la montée d’adrénaline, la fureur aveugle des hommes courant à la boucherie, les trous d’obus, la glaise, les cadavres, l’odeur pestilentielle et pendant que le film défile, on sent l’intrigue se nouer et se resserrer puis le destin des hommes porté par une vision. Lemaître sait où il va et cela se sent tout de suite et puis il y a une distanciation qui naît de l’omniscience du narrateur. On est prévenu de ce qui va advenir et cela arrive comme prévu mais une pirouette change la donne et fournit par contrecoup toute la charge émotionnelle qui va continuer à déflagrer tout au long de l’histoire. Enfin, pour faire une grande œuvre, il faut inventer un vrai méchant. Il est présent dès le début et il porte la beauté du diable.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Auteur    Message
Franz



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 01 Déc 2006
Messages: 1972
Localisation: Nîmes

Posté: Mar 29 Aoû 2023 15:53
MessageSujet du message:
Commentaires : 0 >>

Péricourt en la demeure.
Tel le grand argentier d'un haut seigneur, Pierre Lemaître dispose les meubles et les atours dans la résidence royale que constitue son roman avec une connaissance préalable du canevas d'ensemble. Il pose ses pièces, habille ses personnages, les dévêt à l'occasion et chaque action en entraînant une autre, dans une dynamique feuilletonesque, ourdit une machination bien huilée avec des jalousies, des ambitions, des conspirations, des vengeances et des retournements de situations dignes des romans de cape et d'épée d'Alexandre Dumas père.
Le riche et influent banquier Marcel Péricourt est mort. Ses obsèques nationales protocolaires déraillent rapidement. Tout était pourtant bien parti mais la théorie du chaos trouve à s'y exprimer pleinement dans des relations de causes à effets débridées. Sous le paraître, l'être gît souvent assez misérablement et il suffit que les circonstances s'y prêtent pour que la vérité affleure et si elle fait parfois sourire sous la plume chatouilleuse du talentueux romancier, elle n'est pas bien belle à voir. Quand vient la lecture du testament de Péricourt et la répartition de l'héritage, le lecteur peut se souvenir de la phrase De Balzac dans "Le colonel Chabert" : "Nos études sont des égouts qu'on ne peut pas curer".
"Couleurs de l’incendie", le second volume de la trilogie "Les enfants du désastre" ne déçoit pas après un premier tome particulièrement réussi. Les caractères sont dessinés à l'eau-forte et tous les protagonistes, en première place comme de second plan ont droit à un portrait fouillé. Ils semblent s'incarner en s'exposant ainsi. le lecteur ne peut qu'être embarqué dans la locomotive romanesque et jubiler malgré la tragi-comédie en marche.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
 
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre