Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Littérature générale    
[La femme aux cheveux roux | Orhan Pamuk]
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1905
Localisation: Ile-de-France
Âge: 52 Poissons


Posté: Ven 06 Déc 2019 21:32
MessageSujet du message: [La femme aux cheveux roux | Orhan Pamuk]
Répondre en citant

Pamuk revient sur le thème de la dialectique Orient-Occident ; et une des façons de l'envisager, ce sont deux mythes archétypaux : le grec d'Œdipe et le persan de Rostam et Sohrâb – deux confrontations entre père et fils ; mais alors qu'en Occident le fils tue le père, en Orient c'est l'inverse ; les remords sont identiques, mais le meurtrier n'est pas puni, ce qui change tout, naturellement. Et puis il y a Jocaste, bien sûr, qui est trop indigeste en Orient...
La narration à la première personne du héros de ce roman, Cem Çelik, est une synthèse moderne de ces deux mythes, ainsi que leur mise en abîme par le protagoniste sur lui-même et dans une interrogation sur la Turquie contemporaine. Le roman se développe en trois parties assez nettement distinctes, même stylistiquement : la première est un récit initiatique, où Cem adolescent vit l'abandon de son père, ancien militant gauchiste, et fait l'expérience d'une filiation par procuration, ou projective, dans la personne du maître puisatier Mahmut dont il se fait l'apprenti pendant quelques semaines. L'initiation de Cem est aussi un éveil des sens et de l'érotisme, grâce à la Femme aux Cheveux roux, qu'il découvrira actrice d'une compagnie itinérante de théâtre populaire engagé, et qui, sous son chapiteau, lui illustrera en premier la scène de Rostam tuant son fils Sohrâb. À la fin de cette première partie, Cem a de bonnes raisons de croire qu'il peut s'identifier à Œdipe par rapport à Laïos – alors que le lecteur a l'intuition que l'identification fonctionne plutôt par rapport à Jocaste...
Sans solution de continuité, et sans bouleversement biographique, Cem devient adulte dans la deuxième partie : il retrouve son vrai père en même temps qu'il se marie, sa vie professionnelle s'épanouit sans entrave. Mais sa femme et lui n'ont pas d'enfant, et le couple s'engage autant dans une réflexion philosophique et artistique sur les deux œuvres de Sophocle et de Ferdowsi (et leurs représentations), que dans le développement de leur entreprise commune de BTP qui, l'urbanisme stambouliote et les spéculations foncières politico-mafieuses aidant, prospère sous le nom prophétique de Sohrâb.
Mais le passé rattrape Cem, avec un crescendo de suspense qui le conduit de nouveau vers une identification à l'un ou à l'autre des héros de ces mythes antiques. La deuxième partie, qui devient haletante dans ses dernières pages, ne dissout pas entièrement le mystère.
Enfin, la troisième partie représente le point de vue de la Femme aux Cheveux roux, qui apporte, avec quelques vérités et quelques mensonges percés par le lecteur, non seulement le dénouement de l'intrigue, mais également une perspective féminine complémentaire – et fort dramatique pour le personnage féminin – de ces mythes de parricide/filicide ainsi que sur les conditions de vie des militantes marxistes (femmes) avant et après le coup d’État de 1980, ce qui donne une image assez peu flatteuse du féminisme des mouvements révolutionnaires de gauche de l'époque en Turquie.


Cit. :


« - Mon père nous a quittés, dis-je.
- Il n'a donc pas rempli son rôle de père auprès de toi. Tu n'as qu'à t'en trouver un autre. Nous avons tous plusieurs pères dans ce pays : la patrie, Dieu, les militaires, les chefs de la mafia... Personne ne peut survivre sans père ici. » (p. 109)

« - Celui qui se livre à un tel acte ne pense pas aux conséquences, dit mon fils. Il t'est impossible d'être libre si tu réfléchis aux conséquences. La liberté, c'est l'oubli de l'histoire et de la morale. Tu n'as pas lu Nietzsche ?
Je pris le parti de ne pas répondre. » (p. 261)

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Re: [La femme aux cheveux roux | Orhan Pamuk]
Auteur    Message
Swann




Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 19 Juin 2006
Messages: 2606


Posté: Sam 07 Déc 2019 8:39
MessageSujet du message: Re: [La femme aux cheveux roux | Orhan Pamuk]
Répondre en citant

« apo » a écrit:
Et puis il y a Jocaste, bien sûr, qui est trop indigeste en Orient...

Parce qu'elle se suicide ? ou par rapport à l'inceste ?
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur absent
 
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1905
Localisation: Ile-de-France
Âge: 52 Poissons


Posté: Sam 07 Déc 2019 20:05
MessageSujet du message:
Répondre en citant

Par rapport à l'inceste. L'inceste d'une mère avec son fils, faut-il le préciser... car s'il s'agit du père avec sa fille, ou plus souvent du grand-père avec sa petite-fille, c'est beaucoup moins grave (et hélas assez fréquent) : dans ce cas, surtout en Anatolie orientale, on a d'ailleurs tendance à punir la fille - punition qui peut aller jusqu'à l'incitation au suicide. Je parle en connaissance de cause directe.
_________________
Sunt qui scire volunt
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Auteur    Message
Swann




Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 19 Juin 2006
Messages: 2606


Posté: Dim 08 Déc 2019 10:27
MessageSujet du message:
Répondre en citant

C'est terrible, ce que tu me dis là !... Je pensais que c'était une médisance xénophobe pas une véritable tendance qu'on puisse attester de l'intérieur.
Quand une faute (puisqu'on "punit" quelqu'un) est une tradition, je ne vois pas comment on ne pourrait pas en être bouleversé au sens catastrophique du terme.
On ne conserve donc que le parricide comme grand sujet, pourtant tu as perçu que l'influence de Jocaste dans le récit était grande... C'est vraiment intéressant !
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur absent
 
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1905
Localisation: Ile-de-France
Âge: 52 Poissons


Posté: Dim 08 Déc 2019 15:13
MessageSujet du message:
Répondre en citant

Effectivement c'est abominable, d'autant que la "faute" se décline en : 1. "avoir séduit" le parent (pédophile) et 2. SURTOUT "avoir ruiné l'honneur" de la famille en s'avisant de mentionner (sans parler de dénoncer) le fait. Donc une mère, pour peu qu'elle soit bienveillante, recommendera à la jeune fille violée d'oublier le fait, de n'en parler à personne et éventuellement de consentir à ce qu'il se reproduise. Ensuite la victime sera envoyée se marier loin du village, afin que personne ne sache qu'elle n'est pas vierge lors de ses noces...
Il existe autant de récits littéraires que de témoignages journalistiques de cette tradition. J'ai connu intimement quelqu'un qui avait vécu cette expérience.
Mais rien de tout cela n'est présent dans ce roman. Dans la modernisation de la tragédie d'Oedipe et de celle de Rostam et Sohrâb, la Femme aux Cheveux roux est sans doute plus éloignée de Jocaste que les autres personnages de ce roman ne le sont de ceux de Sophocle. Je ne dévoilerai pas les deux raisons essentielles de cette différence, mais il est évident que, pour elle, Pamuk s'est inspiré un peu plus de la princesse Tahmineh que de Jocaste... De plus, il y a un passage vaguement énigmatique dans la partie supposément rédigée par la Femme aux Cheveux roux : c'est la scène de son désespoir face au meurtre - du fait qu'elle avait joué le drame de Rostam et Sohrâb au théâtre, la presse doutait de la sincérité de son chagrin et l'accusait d'avoir ourdi l'assassinat. Hypothèse qui n'est d'ailleurs pas infirmée dans ce roman, contrairement à la fois à Jocaste et à Tahmineh. Mais la Femme aux Cheveux roux, en surcroît de la "faute" d'être comédienne, est rousse par choix, adultère, "cougar" et ancienne militante marxiste !
_________________
Sunt qui scire volunt
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Auteur    Message
Swann




Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 19 Juin 2006
Messages: 2606


Posté: Dim 08 Déc 2019 15:45
MessageSujet du message:
Répondre en citant

« apo » a écrit:
Mais la Femme aux Cheveux roux, en surcroît de la "faute" d'être comédienne, est rousse par choix, adultère, "cougar" et ancienne militante marxiste !

Au point où elle est en, autant y aller carrément ! Wink Wink Wink Wink
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Littérature générale
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre