Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums   InscriptionInscription 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique    
[Faire l'amour avec Dieu | Catherine Clément]
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1284
Localisation: Ile-de-France
Âge: 45 Poissons


Posté: Lun 29 Mai 2017 17:33
MessageSujet du message: [Faire l'amour avec Dieu | Catherine Clément]
Répondre en citant

Exergue du livre : « La prière est un coït avec la Présence divine » (Baal Shem Tov, rabbin ukrainien du XVIIIe siècle).

Grâce à mes propres incroyances – que je partage, je crois, avec l'auteure très estimée – j'ai été attiré et non choqué par le titre de ce livre et par l'exergue sous laquelle il se place. Les circonstances de l'actualité : ce qui a tout l'air d'un renouveau des actes meurtriers-sacrificiels perpétrés au nom de Dieu, ont compté pour beaucoup dans mon intérêt pour une démarche de mise en perspective à la fois diachronique et inter-religieuse. Rien de nouveau sous le soleil, donc.
En revanche, ce qui m'a paru véritablement choquant, peut-être par ma plus grande proximité culturelle, ce sont les récits concernant les martyres chrétiennes, en particulier Catherine de Sienne, Thérèse d'Avila et Christine de Saint-Trond (XIIe siècle), à cause de la profondeur perverse de la conception du mysticisme qui était la leur et celle de leur milieu qui les a béatifiées. J'entends par là non la perversion liée à la chose sexuelle, qui est constante dans toutes les expériences singulières et toutes les traditions religieuses examinées (chrétienté, hindouisme, islam notamment soufi, judaïsme hassidique, sans oublier le paganisme où tout est toujours plus clair, plus logique...), mais la perversion relative aux violences exercées sur soi : mortifications diverses, jeûnes, coprophagie assortie de toute une palette d'autres abjections orales, mutilations, nécrophilie (si je n'ai pas mal compris)... Dès lors, il m'a semblé que les lévitations, transes, suspensions temporaires de la conscience, morts apparentes, balancements de talmudistes et tournoiements de derviches, et même les hystéries pluri-décennales des Ursulines de Loudun au XVIIe siècle étaient, par comparaison, des phénomènes proprets et gentillets...
Autre problématique déconcertante propre à la chrétienté : comment se fait-il que pendant si longtemps, en présence de symptômes et de discours quasi identiques, des circonstances fortuites ont fait de certaines mystiques des saintes et d'autres (sans doute la plupart), des sorcières condamnées et brûlées sur le bûcher ? Le seuil était-il donc si étroit, la (re)connaissance collective si incertaine ? Ou bien trop grande la passion moralisatrice – dans un sens ou dans l'inverse ? Comment se fait-il qu'il ait fallu attendre le tournant du XXe siècle rationaliste pour que la dernière épigone de cette lignée malheureuse (la dernière, vraiment?), Pauline Lair Lamotte dite Madelaine Le Bouc, soit internée en psychiatrie, où le professeur Janet, successeur de Charcot, analysa à la loupe les effets physiologiques des orgasmes mystiques de sa patiente ? Et là encore : bien piètre science !

Hormis ces considérations personnelles, j'ai apprécié grandement, dans cet ouvrage, qu'une variété de sources aient été traitées de manière à faire ressortir l'unité de la thématique : à part les matériaux historiques, on ressent le poids, dans tout ce qui a trait à l'univers hindouiste, des témoignages et analyses de Sudhir Kakar, avec lequel l'auteure avait co-rédigé un essai, de même que la contribution de Kudsi Erguner en ce qui concerne le soufisme en Turquie ; j'ai beaucoup aimé l'ouverture sur la musique – Oliver Sachs – et sur la littérature – Romain Rolland, le récit de Majnûn et Laylâ, celui de Tristan et Isolde dans sa version wagnérienne – sans oublier la sculpture du Bernin, L'extase de Sainte Thérèse. Une mention spécifique requiert naturellement l'exégèse du Cantique des cantiques, qui fait l'objet d'un chapitre à part (« Unique est ma colombe », pp. 123-131) et comporte un dialogue imaginaire entre Bien-Aimée et Bien-Aimé d'une très grande beauté.
Pour le reste, le texte tout entier est émaillé de la séduisante érudition de l'auteure ; et ça fait du bien, ça permet même d'avaler autant de turpitudes !

Cit. :

« Je trouve mes héros mystiques aussi délirants que don Quichotte, aussi dangereux que dom Juan, aussi nocifs que l'Inquisition espagnole ou les faux gourous de l'Inde, mais pourquoi sont-ils entourés d'une telle vénération ? Pourquoi leurs pays respectifs les classent-ils parmi les saints ? Pourquoi tant d'honneurs et de dévotion ? Je ne vois pas d'autres raisons que l'immense prouesse d'avoir fait l'amour avec Dieu en se L'appropriant. Pire, en le criant sur les toits. "Écoutez-moi, vous autres les humains, moi, j'ai séduit Dieu, je L'ai sucé, je suis Dieu." » (p. 66)

« Pour les filles, l'idéal de l'amour avec Dieu pouvait et peut encore substituer à la crudité de l'enfantement la cuisson symbolique, et cul par-dessus tête, la passion romantique de la fusion divine sait fabriquer les images possédant l'esprit jusqu'à la dissolution de la conscience. Pas question de touchers physiques avec les doigts caressant le sexe. Mais, à la place, de puissants efforts, des tortures, des souffrances soutenues par une pensée têtue : jouir de Dieu, avec Lui, sans limites, Le posséder, s'incruster, Le détrôner.
Et aujourd'hui ? Sans passer sous silence les malades d'anorexie, les filles torturent leurs corps pour une taille 36, ou bien plongent dans la drogue, ou bien se convertissent brusquement à l'islam pour devenir des épouses subjuguées de "martyrs" terroristes dont elles auront un enfant posthume. À moins qu'elles ne se ceinturent d'explosifs, comme les hommes.
Au croisement du désir et de la dissolution, jaillit une étincelle d'éternité. » (pp. 170-171)

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre