Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums   InscriptionInscription 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Littérature générale    
[Ce vain combat que tu livres au monde | Fouad Laroui]
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1272
Localisation: Ile-de-France
Âge: 45 Poissons


Posté: Sam 04 Fév 2017 18:53
MessageSujet du message: [Ce vain combat que tu livres au monde | Fouad Laroui]
Répondre en citant

Ce roman au titre poétique raconte la métamorphose d'un jeune Franco-Marocain qui périclite mortellement dans le djihad, malgré la relation amoureuse qui le lie à une Française qui se reconnaît comme telle, en dépit de son origine maghrébine. La trame fait écho à l'actualité. Toutefois, comme déjà dans Les Tribulation du dernier Sijilmassi (2014), je crois qu'elle n'est pas ce qu'il y a de plus important. L'auteur est d'abord un intellectuel : il met sa grande double-culture et sa pensée précise et pénétrante au service d'une intelligence (au sens étymologique) fondée sur la multiplicité des points de vue, sur la complexification d'un débat trop souvent lésé par le manichéisme, par l'ignorance idéologique, par l'émotivité de l'approche médiatique, par des conflits internationaux aux enjeux obscurs.
Certains aspects romanesques de ce livre peuvent être critiqués : parfois on trouve que les personnages pourraient avoir davantage d'épaisseur ; à certaines occasions le souffle d'un chapitre s'estompe dans le suivant – aussi aurait-on envie de faire de celui-là un morceau d'anthologie (ex. le ch. 28 : « Ma tante Ginette ») et de vite survoler les moins réussis ; la prose manque du panache du célèbre Une Année chez les Français, qui m'avait fait découvrir Laroui ; la chute peut être accusée de « bon-sentimentalisme ».
Mais ce qui compte, pour moi, ce sont les chapitres « contextualisants », l'usage littéraire du principe de la concurrence des récits nationaux-identitaires – ou « identity narratives ». La littérature dans le politique. Non l'inverse : attention ! C'est par des œuvres littéraires comme celle-ci, que l'on doit surtout sinon exclusivement à la littérature migrante, et qui possèdent une plus grande accessibilité et bénéficient assurément une diffusion supérieure à celle des essais spécialisés, que l'on peut espérer voir (re)fleurir, sur ces thèmes pollués, la plante de l'humanisme et du dialogue-dialectique entre des récits de plus en plus contradictoires et conflictuels.

Cit. :

« - Voici une question cruciale : quand est-on vraiment étranger dans un pays ?
Ali le regarda sans répondre, l'air interrogateur.
Eh bien, continua Hamid, c'est quand on ne fait pas partie du récit national.
C'est quoi, le récit national ?
Le professeur se tut un instant, puis il reprit.
Tu sais qu'il y a eu, il y a quelques mois, un colloque d'historiens à la Sorbonne organisé par notre chère Najat, la ministre ? Ils devaient réfléchir à la question suivante : "L'Histoire est-elle une science sociale, un récit ou un roman national ?" […]
[…]
Il y a donc un roman national, écrit par Lavisse ou par un autre, peu importe, et la question est de savoir si tu t'y reconnais ou non. Si la réponse est non, alors tu es un étranger.
Ali restait silencieux. Hamid continua.
De toute façon, pour toi et moi, tout cela n'a pas trop d'importance. On peut se rattacher à un autre roman national. Le vrai problème, ce sont les p'tits gars de banlieue, les petits Rachid, Mamadou et Fatima qui sont nés et ont grandi ici... Ils n'ont pas le choix, eux. S'ils ne se reconnaissent pas dans le roman national, ils sont où ? Ils sont qui ?
Un large sourire éclaira sa face.
Tu me diras qu'il y a le foot... Comment on disait, en 1998 ? "Black, Blanc, Beur"... La France championne du monde, c'est Vercingétorix et Napoléon qui continuent, droit au but !... et tous les p'tits gars de banlieue peuvent y croire. On n'est plus dans le roman mais dans la bande dessinnée nationale... […]

[…]
Donc, ce qui est en train de changer, c'est ça : il ne peut plus y avoir un roman national à l'ancienne, à la Lavisse. Pourquoi ? C'est simple : Internet et les télés satellitaires ! Ce sont d'autres romans nationaux qui circulent là-dedans. Imagine que tu sois français mais que tes parents viennent d'ailleurs, du Maroc ou d'Algérie, par exemple. On te raconte le fameux roman national à l'école mais, chez toi, la télé est branchée en permanence sur des chaînes en arabe, du Qatar, d'Egypte ou du Maroc. […] » (pp. 141, 143, 145)

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Auteur    Message
Swann




Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 19 Juin 2006
Messages: 2104


Posté: Dim 05 Fév 2017 10:55
MessageSujet du message:
Répondre en citant

Je hais l'expression "roman national", parce qu'il induit l'idée de fiction, ce que ne doit pas être l'Histoire, qui est au contraire une science sociale !
C'est l'euphémisme clinquant de la censure, de la propagande et des récits officiels, dont nous sommes censés ne plus vouloir.
Le "roman national" peut effectivement exclure les jeunes d'origine maghrébine, alors que la science sociale les prend en compte et les prend pour ce qu'ils sont : les nouveaux Français.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur absent
 
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1272
Localisation: Ile-de-France
Âge: 45 Poissons


Posté: Dim 05 Fév 2017 15:18
MessageSujet du message:
Répondre en citant

Bonjour l'amie,
Je suis globalement d'accord avec toi, bien sûr. Sauf quelques précisions :
- Je pense comme Laroui que, quels que soient les efforts scientifiques-disciplinaires déployés, l'Histoire au singulier est une imposture (cf. incipit du ch. 2, p. 11 - cité par Sand-rions sur Babelio).
- Lorsque l'on parle de "identity narratives", en particulier, l'élément fictionnel (et même carrément fictif) n'est absolument pas moindre ni ne doit être pris pour ancillaire par rapport à la recherche historique documentaire ; par contre, il est toujours intéressant de croiser les données provenant de différentes sources (même pas nécessairement écrites) et d'en relever les divergences (oserais-je "les inconséquences"...). Les communautés produisent des littératures sur elles-mêmes : ça fait partie de la biodiversité !
- Si l'on se tourne plus spécifiquement sur l'historiographie - et sur la didactique (même universitaire) de l'Histoire - force est de constater que "être censé ne plus vouloir" de récits officiels est un vœu très pieux, de moins en moins avéré ces dernières décennies - cf. la précipitation avec laquelle ont été réécrits les manuels d'histoire en post-URSS et ex-Yougoslavie ; toutefois, les actions législatives et les décrets Taubira relatifs à l'enseignement de l'histoire de l'esclavage ne sont pas pour me déplaire, personnellement (même si je suis conscient que l'idée vient de la réaction contre le projet de revaloriser l'histoire coloniale française conçue par l'exécutif précédent)...
- Toujours en thème d'historiographie, ta formule "Le 'roman national' peut effectivement exclure les jeunes d'origine maghrébine" est elle-même un gigantesque euphémisme, surtout en ce qui concerne l'histoire des sciences et l'histoire des idées : Laroui le démontre à longueur de pages dans ce ch. 26, "Le premier savant de l'Histoire", d'où j'ai tiré mes 3 cit.. Pour info, il comprend aussi une réf. : "Pathfinders : The Golden Age of Arabic Science" de l'Irakien Jim al-Khalili. (p. 152)
Bon dimanche, et à bientôt.
_________________
Sunt qui scire volunt
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Littérature générale
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre