Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums   InscriptionInscription 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique    
[Gouverner au nom d'Allah | Sansal Boualem]
Auteur    Message
le_regent



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 13 Oct 2011
Messages: 160
Localisation: sud du Cher
Âge: 69 Scorpion


Posté: Sam 24 Déc 2016 13:19
MessageSujet du message: [Gouverner au nom d'Allah | Sansal Boualem]
Répondre en citant

Gouverner au nom d'Allah. Islamisation et soif de pouvoir dans le monde arabe / Sansal Boualem. – Paris : Editions Gallimard, 2013. – 184 p. – Coll. Folio, n° 6 061, DL 2016

Ce texte que son auteur désigne comme un opuscule, « traite de la montée de l'islamisme dans le monde arabe ». Boualem Sansal ne se prétend ni historien, ni philosophe, ni journaliste, ni expert en islamisme. Mais selon moi, qui ai lu beaucoup d'ouvrages de ces derniers, l'auteur atteint remarquablement son but, qui est de regarder son sujet de manière litttéraire, « autrement dit avec sa subjectivité, et l'espoir cependant que cette subjectivité atteigne quelque part une certaine vérité ». Et j'ai eu, en le lisant, l'impression d'avoir ce que je n'ai pas en lisant les spécialistes évoqués ci-dessus, une vue de l'intérieur.
Boualem Sansal, qui est de nationalité algérienne, raconte avoir vu arriver, au lendemain de l'indépendance, « des prédicateurs discrets venus du Moyen-Orient, la plupart membres des Frères musulmans … et d'autres encore plus discrets, des prédicateurs wahhabites diligentés par l'Arabie Saoudite, gardienne des Lieux saints, qui voulait inculquer un peu d'islam à notre pauvre pays si longtemps colonisé par les Français, des chrétiens laïcs et rationalistes ».
Mais bien plus loin dans son livre, il note aussi que « Durant la guerre d'Algérie, le FLN (Front de libération nationale) faisait la guerre au colonialisme, mais n'oubliait pas de multiplier les interdictions au peuple comme l'ont fait les talibans lorsqu'ils étaient au pouvoir en Afghanistan, il interdisait aux Algériens de boire de l'alcool, de fumer, chiquer, aller au café, au cinéma, au stade, à la plage, de faire la fête, jouer aux dominos, lire les journaux, de s'habiller à l'européenne pour les Algériennes... la liste s'allongeait au fil de la guerre. Les contrevenants étaient sévèrement punis, ils étaient abattus ou on leur coupait le nez, les lèvres ».
L'auteur évoque aussi les douze ans de guerre civile, et la situation actuelle qui n'est pas le retour à une paix véritable ni l'émergence d'un processus démocratique sincère. Et il note que « Parallèlement à l'évolution de la crise algérienne, nous avons vu l'islamisme se répandre dans le monde, s'internationaliser à travers de multiples organisations civiles, la plupart légalement constituées, et se radicaliser dans des organisations jihadistes comme Al-Qaïda et ses avatars (AQMI)... Nous avons vu comment, lors du « printemps arabe », en 2011 et 2012, il a su infiltrer les révoltes populaires d'essence démocratiques et les retourner à son profit. Nous l'avons vu s'installer en Occident et s'attaquer à la démocratie en usant de la démocratie avec art et subtilité. Il a beaucoup appris au cours de ces années de confrontations avec les pouvoirs arabes et avec l'Occident. Il se sent victorieux et en mesure de vaincre les plus grands, les plus forts. »
Je n'essaie pas de vous résumer l'examen que fait Boualem Sansal du phénomène. Je note seulement sa prudence : « Ce qui vient d'être dit […] montre que nous ne comprenons pas les phénomènes qui sous-tendent l'éveil et l'expansion de l'islam et la radicalisation de franges importantes de la communauté musulmane […] » ; « […] il est trop tôt pour juger de la situation dans le monde arabe […] » Il a d'autant plus raison qu'au moment où il écrit, l'islamisme en Turquie peut encore susciter quelques illusions : « […] ils sont au pouvoir depuis dix ans et leurs résultats sont probants, ils leur valent un satisfecit général et cela, il est important de le souligner, sans que jamais ils soient apparus comme étant une menace pour la démocratie turque ou pour la paix et la stabilité dans la région, malgré pourtant une gestion musclée de l'opposition politique interne, de la rébellion kurde, et malgré des relations tendues avec l'Europe lors des négociations en vue de l'accession de la Turquie à l'Union européenne ».
Sagement, Boualem Sansal conclut sur des interrogations : « Ce qu'on a hâtivement appelé " printemps arabe " attend d'être requalifié. Est-ce réellement la première étape d'une longue et chaotique marche vers la démocratie ? Est-ce le premier temps d'une dictature islamiste ? […] Les islamistes seront-ils moins nuisibles, moins corrompus que les précédents régimes ? […] Jusque-là, dans le monde arabe, nous n'avons connu les islamistes que dans l'opposition, pacifique ou armée. A présent ils sont au pouvoir. C'est réellement une nouvelle ère qui commence pour les pays "arabes ". Pour le monde aussi, peut-être ».
J'ajouterai ceci : au degré de mondialisation où nous en sommes désormais, l'avenir de l'islamisme ne peut pas être envisagé indépendamment des bouleversements susceptibles de survenir au sein des grandes puissances et dans leurs relations entre elles. Mais nous sommes bien trop englués dans notre quotidien pour être capables de les anticiper.

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre