Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Poésie/Conte/Théâtre    
[My Country, I shall Build You Again | Simin Behbahani]
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1407
Localisation: Ile-de-France
Âge: 46 Poissons


Posté: Sam 08 Déc 2018 19:54
MessageSujet du message: [My Country, I shall Build You Again | Simin Behbahani]
Répondre en citant

Le titre de ce recueil de poèmes persans, présentés dans ce volume très soigné avec leur traduction anglaise en regard, me laissait présager des textes politiquement engagés, d'autant que leur auteure, née en 1927 et présentée comme l'une des figures les plus éminentes de la poésie iranienne contemporaine, est la fille d'un journaliste-écrivain et d'une féministe célèbre en son temps.
En réalité, parmi ces poèmes dont la traduction me semble très belle et dont, malgré mon ignorance, je parviens à ressentir des échos de versification traditionnelle mêlés à des thèmes résolument modernes, j'ai trouvé quatre genres ou quatre types de voix :
- des poèmes « narratifs », qui ressemblent fort à de courtes et précises nouvelles en vers – avec, de la nouvelle, une action et une chute -, conformément à une forme traditionnelle (le « masnavi ») ; parmi ceux-ci, je retiens en particulier le premier, « Dead Man's Tooth », « The Rival », « The Passive Verb », « Without Destiny » (qui est construite avec un flash-back), « The Necklace » (dont je cite la chute), « The Child Followed Behind » ;
- des poèmes ouvertement politiques – qui sont datés ou contiennent une référence explicitée en note à un événement historique, concernant le coup d'état de 1953 et la révolution islamique ; je présume qu'il doit y en avoir davantage, dont les références me sont obscures et les dates absentes ; parmi ceux-ci, je cite intégralement « My Small World » (qui se réfère sans doute à l'époque du shah), et je reconnais probablement : « The Opium of Empty Promises », « What a Cold Dark Silence ! », « Leave so that I Might Stay » « My Country, I Shall Build You Again » (poème éponyme, qui se trouve aux deux tiers du livre, est daté mars 1982, et est suivi d'un certain nombre de poèmes politiques), « I Must Write Something », « It Is Time to Mow the Flowers », « Whose Footsteps do I Hear ? »,
- des ballades : « The Song of the Prostitute », « Conversation », les trois poèmes de la série « Gypsiesque » [et la question reste ouverte de savoir s'il y a en Iran des Gitans comparables à ceux d'Europe, en particulier à ceux que chante Federico García Lorca... dont le style s'apparente un peu.]
- des poèmes introspectifs, généralement à la première personne, caractérisés par un plus grand hermétisme et un pessimisme viscéral, presque du nihilisme, à l'exception peut-être de « What I Feel is Beyond Words », non sans référence aux thèmes de l'amour et du mysticisme, mais expression sans doute assez typique du renfermement sur soi-même qui caractérise les périodes de troubles notamment historiques et sociaux.

Un dernier mot méritent les caractéristiques para-textuelles de ces volumes – j'en ai reçus deux en cadeau – des éditions Sokhan (de Téhéran) : la typographie des titres anglais est aussi élégante que les textes originaux semblent calligraphiés, le papier, épais voire rude, peut-être recyclé, peut-être végétal non raffiné offre un plaisir autant au toucher qu'à la vue, si la couverture côté anglais, qui comporte une petite photo de la poétesse, est assez déroutante parce qu'éloignée de nos habitudes éditoriales, la couverture côté persan, calligraphiée et avec un léger dessin floral, est décidément très élégante.


Cit. :

"My Small World"

When silver rules, when gold is god,
when deceit is the arbiter of all events,
when the air we breathe, the air we live,
becomes the cover of death silencing hundred of 
voices,
when in waiting for a bone,
wagging tails cause a commotion,
when the smell of the neighbour's spread
turns brains and minds into stomachs, into greed,
when the reptile-like under the sun,
change their colour time and again...
when the lap of honour and the womb of shame,
give birth to scoundrels and shrews,
in this vast cesspool of despair,
let my world be as small as solitude.
(pp. 83-85)


"The Necklace"

[…]
A pair of tears and a few curses, a dead soldier's boots,
with laces tied, she has slung around her neck.

I asked, "What is the meaning of this ?"
She laughed and said,
"My child – my poor child sits on my shoulders.
He has not taken off his boots..."

(September 1988) [p. 203]

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Poésie/Conte/Théâtre
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre