Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » BD    
[Tex Color. T. 12, 5 storie complete ! | Gianluigi Bonel...]
Auteur    Message
Franz



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 01 Déc 2006
Messages: 1376
Localisation: Nîmes
Âge: 58 Lion


Posté: Lun 03 Déc 2018 20:36
MessageSujet du message: [Tex Color. T. 12, 5 storie complete ! | Gianluigi Bonel...]
Répondre en citant

[Tex Color. T. 12, 5 storie complete ! | Gianluigi Bonelli ; Aurelio Galleppini]

1. Tirez sur le pianiste (5/5).
René Valjean et sa belle, prénommée Ramona, débarquent à Castel Dome, bourgade sise sur la rive du Colorado. D’origine française, Valjean est un pistoléro aguerri et un pianiste chevronné. Il a fourbi un plan machiavélique pour occire dans un premier temps Kit Carson et dans la foulée Tex Willer. Rapide, précis, rusé, Valjean veut jouer sa partition jusqu’à la dernière note.
Un personnage français vu par un auteur italien, planté au Far West, émaille nécessairement ses dialogues d’expressions françaises de politesse dans le texte. Le quidam est élégant, soigné, raffiné mais retors et assassin sous ses airs policés. L’histoire en 30 pages est néanmoins bien menée avec rebondissements et surprises. Le plaisir est grand de retrouver Pasquale Frisenda aux pinceaux. Son trait superbement rendu en noir et blanc supporte aussi parfaitement la couleur sans perdre en finesse et en expressivité.
2. Je tuerai Tex Willer (3/5).
Rick Short, jeune bandit de grand chemin, rejoint la bande mexicaine de Loco Estevez prise en chasse par les rangers Tex Willer et Kit Carson. Rick est obsédé par la vengeance depuis que son père, malfrat notoire, a été abattu par Tex Willer. Rick n’hésite pas à se jeter dans la gueule du loup, assuré de vaincre en duel le célèbre ranger.
L’histoire d’un règlement de compte passant de flashbacks en scènes fantasmées, jouant sur l’action trépidante au présent et le décalage entre désir et réalité permet d’étoffer un récit somme toute classique et linéaire. Le dessin est parfois empesé de rigidité et de maladresse.
3. Justice ! (4/5).
Le vieux Conway désire venger la mort de son fils liquidé par James Foley, bandit notoire et s’adresse à des pistoléros pour lui ramener son cadavre. Foley dont la tête est mise à prix vient toutefois d’être capturé par le ranger Tex Willer. Alors que Foley doit être escorté par le ranger, le shérif et trois assistants, une embuscade est mise en place le long de la piste avec l’objectif de ne faire aucun quartier. Sous un déluge de plomb, les policiers tenteront de défendre la loi et leur vie.
La classique histoire du malfrat convoyé est nuancée par le fait que d’autres bandits ne cherchent pas à le délivrer mais au contraire à le liquider. James Foley ne rachète jamais sa conduite et acquiert une dimension de méchant veule et dérisoire. Un dénouement inattendu et macabre vient clore un récit pétaradant. Le graphisme est dynamique mais les expressions faciales sont amoindries par des hachures qui ne soulignent pas les traits des visages mais les diluent en masses floues et indistinctes.
4. Abilene, Kansas (3/5)
Devenu ranger, Tex Willer se fait embaucher comme cow-boy afin de démasquer un bandit recherché qui s’est immiscé dans le groupe de vachers chargé de mener les long cornes jusqu’à Abilene, au Texas.
Courte histoire narrée par le ranger à ses compagnons autour d’un feu de camp, Tex Willer raconte sa mésaventure quand la canaille visée n’est pas celle qu’elle semblait être. Le dessin souffre de nombreuses maladresses et ne peut tenir la comparaison avec le niveau de la série.
5. Du matin jusqu’au soir (4/5)
Quand Tex Willer arrive dans une bourgade, sa légende le précède et toutes les intentions lui sont données alors même qu’il n’a rien exprimé. Les bandits qui fomentaient un mauvais coup précipitent leurs mauvaises actions et se dévoilent. Le dessin de Roberto Zaghi répond au cahier des charges de la série.
Bâtie sur un vaste quiproquo, le récit pourrait virer au burlesque tant la danse macabre s’affole en vain.
Le 12e Tex Color de novembre 2017 est légèrement plus faible quant à ses qualités graphiques dans son ensemble, la prestation de Frisenda tirant l’ensemble vers le haut du panier. Les histoires sont bien conçues, avec des nuances et des rebondissements bien venus. L’ensemble se lit avec plaisir même si les histoires gagneraient à être davantage développées.

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]

 Afficher toutes les notes de lectures pour ce livre
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » BD
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre