Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
Les notes de lectures recherchées

6 livres correspondent à cette oeuvre.

Il y a actuellement 5 notes de lecture correspondant à cette oeuvre (voir ci-dessous).

Notation moyenne de ce livre : (5 livres correspondant à cette oeuvre ont été notés)

Mots-clés associés à cette oeuvre : "crime sexuel", "usa", abandon, adolescent, amerique, condanation, crime, delinquance, deviance, enfance, floride, injustice, inquietude, judiciarisation, mangrove, marais, mensonge, mere, pauvrete, peau, pedophilie, peur, pornographie, relegation, secret, sexe, squat, tendresse, viaduc

[Lointain souvenir de la peau | Russell Banks]
Auteur    Message
ingannmic



Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 22 Aoû 2008
Messages: 737
Localisation: Mérignac

Posté: Ven 11 Oct 2013 21:08
MessageSujet du message: [Lointain souvenir de la peau | Russell Banks]
Commentaires : 0 >>

La Floride et les îles de la Grande Barrière, paradis factice bâti par l'homme à coups de tonnes de sable et de béton, villégiature ultra urbanisée pour retraités et touristes fortunés, barons de la drogue, mannequins européens et vieux dictateurs sud-américains...
Les domestiques chargés de l'entretien de cet Éden des temps modernes vivent quant à eux sur le continent, dans des ghettos assez éloignés pour ne pas en flétrir l'image.
Les enclaves protégées des classes moyennes séparent ces deux mondes que tout oppose.

Certains citoyens ne rentrent dans aucune de ces catégories. Regroupés sous le viaduc qui relie la terre aux îles de la Grande Barrière, ces intouchables, ces pestiférés, survivent au jour le jour, avec pour seuls biens les abris de fortune qu'ils se sont constitués en récupérant ici une planche, là une plaque de tôle... Ce lieu est le seul qu'ils peuvent occuper, puisque leur statut de délinquants sexuels en liberté conditionnelle leur interdit de séjourner à moins de huit cent mètres de tout endroit susceptible d'accueillir des enfants, un vrai casse-tête lorsque l'on vit en milieu urbain.

Parmi eux, Kid, vingt-deux ans, loge dans une petite tente en compagnie d'Iggy, un imposant iguane d'un mètre quatre vingt de long. Délaissé par une mère davantage préoccupée à collectionner les aventures masculines qu'à assurer son éducation, il a appris très tôt à se débrouiller. L'indifférence maternelle lui a aussi permis, en toute impunité, de s'adonner très jeune au visionnage intensif de films pornos sur internet. Le lecteur n'apprendra que bien plus tard ce qui lui a valu sa condamnation. Pour l'heure, le travail d'aide serveur qu'il exerce depuis sa sortie de prison suffit à subvenir ses besoins. Il a coupé tout contact avec sa mère, n'a pas d'amis, mais il sait composer avec la solitude, et l'isolement, qui lui pesait lorsqu'il était plus jeune, lui convient à présent.

L'irruption dans sa vie du "Professeur", homme au physique éléphantesque et à l'intelligence exceptionnelle, qui enseigne la sociologie à l'université, vient bouleverser sa routine. Cet étrange individu s'intéresse de très près aux délinquants sexuels, et souhaite étudier les mécanismes qui les ont amenés à commettre leurs délits.

Son but est de comprendre comment de jeunes gens en viennent, dans l'Amérique du XXIème siècle, à se retrouver coupés de tous et de tout, sans logement, ni travail, ainsi que le pourquoi de la progression de la délinquance sexuelle. Sa théorie est basée sur une explication conjoncturelle, ces hommes seraient les premiers à réagir à une évolution sociétale qui, à terme, risquerait d'influencer l'ensemble de la population. Le monde contemporain, saturé d'images, propose selon lui des représentations de l'être de plus en plus sexuellement excitantes. Hypocritement, les médias, les publicitaires, érotisent leurs produits, jouent sur l'attirance physique que les personnes dont ils exploitent l'apparence sont susceptibles de susciter chez les consommateurs. Et peu importe si ces personnes sont à peine pubères, réveillant ainsi des fantasmes pédophiles à peine conscients...

Pour le Professeur, la pédophilie est ainsi un dysfonctionnement sexuel engendré par une société dysfonctionnelle. En tentant d'analyser les raisons qui ont transformés des hommes comme Kid en délinquants sexuels, en abordant ces individus avec l’œil d'un anthropologue curieux, il leur rend leur humanité, les soulage du caractère monstrueux qu'il ont acquis aux yeux du reste de la population. Car ces hommes sont de véritables exclus, qui vivent -ou plutôt survivent- en essayant de conserver quelque dignité, à la frontière d'un monde qui préfèrent les oublier, et qui pour ce faire les relèguent le plus loin possible de son champ de vision.
Le Professeur croit à la réhabilitation, qui passe avant tout par une amélioration de l'image que ces rejetés ont d'eux-mêmes.

"Lointain souvenir de la peau" est un récit surprenant, qui prend des chemins inattendus, lance des pistes de réflexion, les développe, pour soudain bifurquer vers d'autres perspectives. L'une des constante du roman est de s'attacher à dépeindre le parcours d'êtres qui, par leurs différences -physiques, sociales, intellectuelles-, peinent à s'intégrer dans une société de l'uniformisation, où règne une frénésie consumériste qui tente d'annihiler les monstres qu'elle engendre.

Un texte dense et passionnant que je vous invite à découvrir au plus vite !

BOOK'ING
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
[Lointain souvenir de la peau | Russell Banks]
Auteur    Message
Orchidoclaste



Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 344
Localisation: Par monts et par vaux

Posté: Ven 01 Mar 2013 17:37
MessageSujet du message: [Lointain souvenir de la peau | Russell Banks]
Commentaires : 0 >>

Je n'ai pas été "franchement" emballée par ces 444 pages de lecture.

Rien ou presque ne m'a touché si ce n'est l'abandon maternel qui a conduit le Kid à "déconner".
Est-ce la traduction qui est pompeuse ou le style un peu lourdingue ?
Je me suis ennuyée comme rarement jusqu'à la moitié du livre, moment où l'intrigue décolle enfin (trop légèrement à mon goût).

J'aurais aimé pouvoir dire: "c'est un livre qui a du chien" mais Russel Banks, malgré une écriture sympathique, ne m'a pas convaincu avec cet opus.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
[Lointain souvenir de la peau | Russell Banks]
Auteur    Message
Kundry



Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 399
Localisation: Yvelines

Posté: Mar 04 Sep 2012 9:46
MessageSujet du message: [Lointain souvenir de la peau | Russell Banks]
Commentaires : 5 >>

Le Kid, un jeune homme de 21 ans, vient de purger une peine de 3 mois de prison pour déliquance sexuelle. A sa sortie, il est tenu de porter un bracelet électronique pendant 10 ans, avec interdiction de vivre à moins de 800 mètres d'un lieu avec des enfants. Seule solution: vivre sous le "viaduc", en compagnie d'autres délinquants dans la même situation que lui. Il rencontre alors le "professeur", un sociologue travaillant sur le phénomène des sans-abris aux US.

C'est un livre très riche sur le fond, abordant des thèmes incroyablement variés: l'évolution de notre société à l'heure d'internet, le côté ultra-sécuritaire de la société américaine, notre rapport aux secrets et à la "vérité", l'influence du milieu social sur la délinquance, et j'en oublie sûrement beaucoup.

Cela aurait pu devenir un livre très "politique", mais je n'ai pas eu cette impression. Plutôt que de défendre des thèses, il me semble que l'auteur ouvre des pistes de réflexion. Et ce même si l'auteur se place nettement du côté du Kid.

Par ailleurs, la complexité des personnages et l'intrigue qui tient en haleine font de ce livre un véritable roman (à suspense) et non un simple livre à thèse.

J'avais peur que la fin me déçoive, mais elle est parfaite: une note d'espoir sans sombrer dans un optimisme béat.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
[Lointain souvenir de la peau | Russel Banks]
Auteur    Message
amiread1



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 16 Mar 2007
Messages: 812
Localisation: Chateaudun

Posté: Ven 03 Aoû 2012 21:07
MessageSujet du message: [Lointain souvenir de la peau | Russel Banks]
Commentaires : 0 >>

J'avais été plutôt déçu par le dernier roman de Russel Banks (La Réserve). Ce nouvel opus ne m'a pas vraiment réconcilié avec le grand écrivain américain. Cela commence bien pourtant : le Kid (on ne le connaîtra que sous ce pseudo...) est un jeune homme de 21 ans qui a été condamné pour "crime sexuel" ; je mets crime entre guillemets car on apprendra dans le cours du roman que le Kid loin de correspondre à un clône de Dutroux s'est contenté de donner rencart sur le net à une ado de 14 ans...Il n'y a pas eu de "conclusion" mais pour les tenants puritains de l'Amérique seule l'intention compte. Et c'est sûr que le Kid avait certainement envisagé autre chose que de jouer aux petits chevaux avec "Brandi 18"... Le résultat c'est une condamnation à six mois de prison puis l'obligation de porter un bracelet électronique pendant dix ans avec interdiction de vivre à moins de 800m de lieux pouvant accueillir des enfants .
Le seul endroit possible est un endroit improbable situé sous des voies d'autoroutes : "Le viaduc". Là se réunissent tous ceux qu'une même condamnation pour crimes sexuels a jeté hors de la société. Russel Banks décrit magnifiquement l'atmosphère délétère et oppressante de cette micro-société composée de personnages souvent pitoyables et amoraux.
Le Kid habite là (sa mère l'a rejeté en apprenant la condamnation). Il vit de petits boulots, son seul ami est un iguane "Iggy".
Le grand talent de Banks c'est de nous peindre le Kid de façon à que naisse l'empathie du lecteur avec cet "encore" ado. Car le Kid n'a rien de la petite frappe sûre d'elle et vindicative que l'on s'attendrait à rencontrer avec un tel pédigree. Enfant de l'Amérique profonde (lieu commun bien pratique...) nous l'avons déjà rencontré dans nombres de romans et de films US.
Père inconnu, mère irresponsable et nymphomane, études piteuses,pas d'amis , petits boulots, engagement dans l'armée et...expulsion de l'armée. Car le grand problème du Kid déjà à cette époque c'était le sex ! non pas le sex triomphant appolonien mais le sex honteux qui s'ébat sur internet. Le Kid passait des journées entières à mater des vidéos pornos sur le web. Et la distribution de DVD pornos à ses copains de chambrée à l'armée à mis un terme à sa carrière militaire.

Puis apparaît dans la vie du Kid le second personnage essentiel du roman : le professeur . "Alamasse" comme le prénomme le Kid tant il semble être une caricature du "gros" américain. Je ne développerai pas ici tout ce qu'implique l'introduction de ce personnage dans le développement et la finalité de l'oeuvre. C'est juste un prof de sociologie qui enquête sur les délinquants sexuels, mais c'est aussi beaucoup plus...

Sachez que dans ce roman vous aurez également l'opportunité d'assister à un ouragan, à une descente musclée de flics,à des supputations de complotage (la fameuse théorie du complot...). Vous ferez la connaissance d'une brave chienne (Annie) et d'un perroquet bavard (Einstein). Enfin , à la fin du livre, vous ferez connaissance avec un clone de Hemingway qui me semble bien porter la parole de Russel Banks.

Quand je disais que le roman commencait plutôt bien je sous-entendais donc qu'il finissait ... moins bien. Les deux cents premières pages consacrées à la vie et à l'histoire du Kid sont épatantes. Mais après je me suis surpris à me demander si Russel Banks n'avait pas eu quelques problèmes pour continuer et finir son roman ! d'où l'apparition du professeur, du journaliste et aussi ces coïncidences "extraordinaires" que vous découvrirez si vous le lisez. Même dans le style et les dialogues il y a une incroyable niaiserie (lorsque le Kid se trouve avec le journaliste dans le marais de Panzacola).
Certes j'ai bien compris que ce livre était aussi un livre de combat, de témoingnage. Sur You tube on voit Banks expliquer cette Amérique obnubilée par le sex, par le Bien, le Mal... L'Amérique de la liberté où l'homme est tellement libre qu'il est responsable de tous ses choix et actes...mais sans possibilité pour sa défense d'invoquer le déterminisme où le hasard !
Mais j'ai aussi bien compris que Banks nous a édulcoré un peu son propos. Le Kid n'a rien à voir avec un "pointeur" de petits garçons et de petites filles ; et Banks éllipse à tout va sur ce sujet : car il aurait pu prendre comme "héros" un "Dutroux", un de ces malades comme l'Amérique doit en avoir tant. Reste un constat amère : internet et la surveillance électronique ! et c'est là -dessus que Banks semble le plus crédible. Transparence des vies, surveillance des vies....
Autre constante de Banks : les réflexions sur le mensonge. Là aussi un théme récurrent dans ses romans. Je n'ai pas trop adhéré... Le côté artificiel de la construction de la fin du roman m'apparaissant trop clairement.
J'ai vraiment pesé et soupesé ma note de 3.5. Ce n'est pas un roman qui m'a déplu mais j'ai trop senti les ficelles.
Enfin , juste en apparté : Gabriel Matznef serait déjà en prison pour la vie aux USA !
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
[Lointain souvenir de la peau | Russel Banks]
Auteur    Message
rosaee



Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 225
Localisation: Escalquens

Posté: Mar 22 Mai 2012 12:46
MessageSujet du message: [Lointain souvenir de la peau | Russel Banks]
Commentaires : 0 >>

J'avoue que c'est un livre que j'aurai pu ne pas lire par manque de temps et merci à celles qui m'ont encouragé car une fois commencé on ne le lâche pas .
L'auteur sait nous faire partager les tourments de cet adolescent encore une enfant dans l'âme Kid , il s'organise comme il peut pour survivre ; il n'a pour ami que les animaux d'abord Iggy un iguane ; plus tard Annie une vieille chienne et Einstein un perroquet et pourtant sans se l'avouer il recherche l'amitié éprouve le besoin de faire confiance .
Nous allons suivre sa rencontre avec le Professeur une histoire compliquée d'amitié , de doutes.On peut y trouver de multiples réflexions sur la solitude et les relations d'un jeune avec internet , sur les relations de force qui existent dans tout groupe . Un livre sur la vie moderne et c'est très inquiétant.
A conseiller
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
 
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre