Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
Les notes de lectures recherchées

15 livres correspondent à cette oeuvre.

Il y a actuellement 5 notes de lecture correspondant à cette oeuvre (voir ci-dessous).

Notation moyenne de ce livre : (7 livres correspondant à cette oeuvre ont été notés)

Mots-clés associés à cette oeuvre : 19e siecle, adultere, argent, arnaque, bourgeoisie, classique, ebook, europe, famille, folie, france, histoire, immobilier, inceste, litterature francaise, oisivete, paris, parvenu, phedre, pouvoir, richesse, roman, rougon-macquart, second empire, serie, speculation, superficialite

Auteur    Message
Swann



Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 19 Juin 2006
Messages: 2611

Posté: Ven 08 Déc 2017 22:27
MessageSujet du message:
Commentaires : 0 >>

Une relecture hâtive qui me fait prendre conscience que j'avais oublié toute l'atmosphère vénéneuse et sensuelle du roman de Zola.
Nous sommes côté Rougon, avec le journaliste véreux Aristide, qui a changé son nom en Saccard, pour ne pas déranger son Ministre d'Empire de frère, dont il espère une aide, le moment venu. Ce dernier lâche un conseil qui sera le bon : qu'il ouvre l'oeil et écoute... Dans ce Paris pré-haussmannien, il y a moyen de faire fortune sur la spéculation immobilière... L'accessoire qui ira avec la fortune sera Renée, une belle jeune bourgeoise qu'il épousera en un mariage libre. Mais celle-ci, affectivement très seule, dans l'ennui de celle qui a goûté tous les vices, se rapproche de son beau-fils, Maxime...
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
[La Curée | Emile Zola]
Auteur    Message
chlorine



Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 30 Sep 2006
Messages: 620
Localisation: Paris

Posté: Jeu 15 Aoû 2013 21:37
MessageSujet du message: [La Curée | Emile Zola]
Commentaires : 0 >>

Pendant le deuxième empire, Aristide Rougon monte à Paris dans l'espoir de s'enrichir. Il compte bien sur son frère, ministre, pour lui mettre le pied à l'étrier. Celui-ci lui donne en effet quelques conseils (dont celui de changer son nom afin que leur lien saute moins aux yeux - il deviendra Aristide Saccard) et lui trouve un premier emploi qui lui permettra de démarrer ses affaires.

La curée, c'est le roman de la magouille à haut niveau, de tout une petite société de riches de plus ou moins longue date qui s'entraident gaiement dans leurs combines (tout en ne se faisant pas de cadeaux si l'occasion permet de prendre avantage des déconfitures de l'un de leurs comparses) afin d'obtenir des sommes folles de l'état, qui est en train de financer la transformation de Paris menée par Haussmann. Et derrière, parce qu'ils s'ennuient ou parce que c'est à la mode, ils se lancent dans des histoires de coucheries à n'en plus finir, cherchant toujours un peu d'excitation en plus.

Aucun personnage n'est sympathique dans ce roman : ni Aristide, d'une cupidité et d'une amoralité navrantes, ni sa femme Renée, petite reine de cette société de profiteurs, qui cherche à sombrer de plus en plus dans la dépravation pour tromper son ennui, ni Maxime, le fils d'Aristide par un prédédent mariage, qui est un oisif mesquin et fat.
Ceci ne fait en rien de La curée un mauvais livre, bien au contraire, et l'on est fasciné par les péripéties de ces personnages à tel point qu'il est difficile de lâcher le livre.

Si je voulais faire des reproches à ce roman je dirais que l'auteur passe un peu trop de temps sur les descriptions à mon goût : même si elles sont magnifiquement écrites et évocatrices, je n'ai pas forcément envie de voir l'intrigue interrompue régulièrement pour lire des descriptions de cinq pages du château ou Renée habite, de la serre dans ce château, de la chambre de Renée, etc. Ces descriptions ne gâchent absolument pas le livre mais m'ont fait penser à ce que je n'aime pas chez Balzac (dont je n'ai quasiment rien lu justement parce que je m'ennuyais à mourir dans toutes ses descriptions incroyablement longues).
Je reste aussi un peu frustrée sur la définition du personnage de Renée. Certains passages du texte semblent pointer vers un personnage complexe, mais ne sont pas vraiment exploités ensuite. De même, l'influence qu'ont eu certains événements de son passé sur ce qu'elle est devenue à l'âge adulte me semble peu claire.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
[Les Rongon-Macquart, tome 2: La Curée | Emile Zola]
Auteur    Message
K



Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 09 Juil 2008
Messages: 71
Localisation: Toulouse

Posté: Jeu 11 Juin 2009 13:21
MessageSujet du message: [Les Rongon-Macquart, tome 2: La Curée | Emile Zola]
Commentaires : 0 >>

Ce deuxième tome nous conte la vie de Renée, seconde femme d'Aristide Rougon (qui a changé son nom en Saccard). Renée est riche, Renée court les bals, les salons et l'amour, et finit dans les bras de son beau-fils.
Avec pour toile de fond la spéculation immobilière et de l'éventrement de Paris par le Baron Haussmann, cette histoire est encore très actuelle!
Dommage que parfois Renée s'ennuie et nous aussi un peu....
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
[La Curée | Emile Zola]
Auteur    Message
sylviou



Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 459
Localisation: Suisse - Neuchâtel

Posté: Mer 20 Sep 2006 17:58
MessageSujet du message: [La Curée | Emile Zola]
Commentaires : 0 >>

Quelle folie furieuse s'empare de Paris dès le coup d'Etat de décembre 1851. La corruption, l'avidité, la luxure sont les auges auxquelles s'abreuvent tous ceux qui rêvent fortune et pouvoir. Aristide Rougon - qui prend le nom de Saccard pour ne pas empiéter sur son frère ministre - en est. De ceux qui aigris et paresseux n'attendent que de parvenir au sommet. De ceux pour qui tous les moyens sont bons pour satisfaire ses appétits. Il entraîne à ses sommets sa jeune épouse, Renée dont la folie des grandeurs lui fera tourner la tête et Maxime, le fils qu'il a eu à Plassans avec sa première épouse, indolent et tout empli de vices et de paresse.
Quelle cruauté dans l'écriture de Zola qui nous dissèque ces marchandages humains et financiers, quels portraits nous brosse-t-il de ce Paris qui se vautre et s'enrichit.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Auteur    Message
C-Maupin



Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 06 Mai 2006
Messages: 1917

Posté: Jeu 14 Sep 2006 7:52
MessageSujet du message:
Commentaires : 0 >>

Un roman, très balzacien par son thème (peinture des milieux dépravés et spéculateurs de la haute société du second empire) qui revisite le mythe de Phèdre.
Une construction remarquable : il commence par une promenade au Bois -permettant de présenter les personnages - suivie d'une fête chez Saccard et se termine par une fête chez Saccard suivie d'une promenade au Bois-qui permet de voir ce que sont devenus les protagonistes. Entre ces parenthèses, l'intrigue mêle les amours de Renée, et les montages financiers, spéculations et malhonnêtetés de Saccard.
Une illustration pessimiste de l'adage "l'argent ne fait pas le bonheur"

(C'est une deuxième lecture, dans le cadre du défi Zola du BC.)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
 
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre