Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
Les notes de lectures recherchées

3 livres correspondent à cette oeuvre.

Il y a actuellement 2 notes de lecture correspondant à cette oeuvre (voir ci-dessous).

Notation moyenne de ce livre : (2 livres correspondant à cette oeuvre ont été notés)

Mots-clés associés à cette oeuvre : double vie, ecrivain, famille, fuite, jeunesse, mensonge, obesite

[Lady Oracle | Margaret Atwood]
Auteur    Message
ingannmic



Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 22 Aoû 2008
Messages: 737
Localisation: Mérignac

Posté: Sam 08 Nov 2014 17:11
MessageSujet du message: [Lady Oracle | Margaret Atwood]
Commentaires : 0 >>

Je crois que je ne m'attendais pas à ça...

N'ayant lu de Margaret Atwood que "La servante écarlate", sans doute m'imaginais-je -bêtement- retrouver un récit dans la même veine, oscillant entre roman d'anticipation et chronique intime...
Bon, si "Lady Oracle" n'a rien d'un roman d'anticipation, l'intime, en revanche, y tient une bonne place. Autre point commun -oui, cela fait tout de même déjà deux- avec "La servante écarlate", c'est que nous y sommes guidés par la voix d'une femme, personnage central du récit.

L'histoire commence en quelque sorte par sa fin : la narratrice, Joan Foster, une quadragénaire canadienne, s'est exilée dans un petit village italien après avoir mis en scène sa soi-disant mort par noyade, pour des raisons qui ne nous sont pas explicitées d'emblée. Elle y loue une maison qu'elle a déjà occupée lors d'un séjour touristique effectué avec Arthur, qu'elle évoque souvent, qui semble avoir été son compagnon.

Voilà pour le présent.
Car ensuite, Joan nous emmène plusieurs décennies en arrière, à l'époque où elle n'était encore qu'une petite fille, puis se remémore les différentes étapes de son existence, éprouvant un besoin désespéré de comprendre comment et pourquoi elle se retrouve seule, à des milliers de kilomètres de son pays (le Canada) et de ses proches, dont la plupart la croient morte.

Enfant obèse et maladroite, Joan a, dès son plus jeune âge, subi une guerre sournoise l'opposant à une mère qui la considérait comme un "accident".
Une guerre menée à coups de kilos, la fillette comprenant intuitivement qu'il s'agissait là d'une arme efficace pour faire honte à sa mère (qui a tenté par tous les subterfuges imaginables de la faire maigrir), de la mettre face à un échec. A moins que son surpoids n'ait représenté une forme de protection, un moyen de se faire trop imposante pour qu'on puisse l'oublier ?
Quant au père, absent jusqu'au cinq ans de sa fille car engagé en Europe dans la seconde guerre mondiale, il brillera dès son retour par sa morne indifférence.
Les seuls moments de joie et de réconfort de son enfance furent ceux passés avec sa tante Lou, que son indépendance et son exubérance faisaient passer pour une originale.

Joan gardera toute sa vie des séquelles de son obésité et de ses relations violentes avec sa mère. Parvenue à l'âge adulte, pourtant amincie, elle continue d'être hantée par une image d'elle-même humiliante, inspirée de son apparence antérieure, qu'elle ne parviendra jamais à refouler totalement. Sa vie de femme ne sera jamais réellement épanouissante, plombée par le secret dont elle entoure le cauchemar de ses jeunes années.
A ce secret s'en ajoute un autre : elle écrit sous un nom de plume et en toute confidentialité une série de romans mêlant suspense et eau de rose, fait qu'elle préfère cacher à son compagnon, et à leur entourage, composé d'activistes intellectuels de gauche, par crainte de leur probable condescendance. Elle mène ainsi plusieurs existences parallèles, chacune étant respectivement peuplée de personnages différents.

Joan Foster est en somme une femme qui cultive de multiples facettes parce qu'elle ne parvient pas à s'accepter dans son "entièreté". L'isolement qui fait suite à sa disparition est l'occasion, non pas de s'interroger sur celle qu'elle est vraiment, mais d'essayer de rassembler ces différentes facettes pour les faire coexister et les assumer toutes ensemble.

J'ai beaucoup aimé l'écriture de Margaret Atwood, juste dosage d'efficacité et d'élégance. La complexité de son héroïne, la justesse et la précision avec lesquelles elle évoque ses failles, rendent le récit touchant.
En revanche, je n'ai pas bien compris l'intérêt d'intégrer dans cette histoire la fuite de Joan et son pseudo décès, ainsi que d'autres éléments qui ont probablement pour but d'enrichir la trame romanesque de l'intrigue (je pense notamment, pour ceux qui auraient lu "Lady Oracle", à l'épisode de la bombe), mais qui à mon avis étaient dispensables, dans la mesure où ils apportent plus de confusion que de densité au roman. Ce point a quelque peu gâché mon plaisir, et j'avoue avoir du coup trouvé ce titre moins passionnant que "La servante écarlate".

BOOK'ING
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
[Lady Oracle | Margaret Atwood]
Auteur    Message
Brujula



Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 483

Posté: Mer 26 Sep 2007 16:25
MessageSujet du message: [Lady Oracle | Margaret Atwood]
Commentaires : 0 >>

J'aime toujours autant les romans de Margaret Atwood. Ils ont tous une ambiance, des personnages féminins forts, qu'on retrouve avec plaisir, mais le sujet, le fil de l'histoire sont toujours très différents...
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
 
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre